Premier livre des Maccabées

Introduction

Après Esdras et Néhémie, la province juive, aux confins de l’empire perse, vit pendant trois siècles en marge de l’histoire. Ceux qui ont le plus d’initiative se consacrent au commerce et quittent leur pays pour s’établir dans tous les centres urbains autour de la mer Méditerranée.
Cependant, un siècle après Néhémie, en 333 av. J.-C., Alexandre le Grand commence à parcourir tous les pays du Moyen-Orient, mettant les armées ennemies en déroute et renversant les rois. Bien qu’il meure à l’âge de trente ans, ses triomphes ouvrent un passage à la culture grecque avec son désir de progrès, sa confiance dans les possibilités humaines et son esprit plus ouvert qui voit au-delà de l’individualisme national.
Les généraux d’Alexandre se répartissent son immense empire. Les Ptolémées, qui dominent l’Egypte et la Palestine, sont compréhensifs et respectent la religion et les coutumes des Juifs. Mais quand les Antiocus de Syrie sont vainqueurs des Egyptiens en 197, et qu’ils leur prennent la Palestine, ils veulent imposer aux Juifs leur religion païenne.
Une persécution acharnée provoque l’insurrection des Juifs sous la direction de la famille des Maccabées. Le premier livre des Maccabées, reconnu comme un des plus parfaits de l’histoire ancienne, raconte les événements de la guerre et les exploits des cinq frères Maccabées, de 170 à 130 av. J.-C.
GUERRE SAINTE, GUERRE DE LIBÉRATION
Le livre des Maccabées nous montre un peuple qui veut vivre et pour qui la foi est plus précieuse que la vie même. La persécution se présente alors que tous s’étaient habitués à vivre sans conflit. Beaucoup sont convaincus qu’ils ne peuvent rien faire contre un tel pouvoir et que les risques sont trop grands. Mais l’Esprit de Dieu fait apparaître de nouveaux héros et, grâce à eux, le peuple retrouve son sens de la dignité et se bat pour ces droits sans lesquels il n’y a ni hommes, ni croyants.
Le peuple juif se retrouve seul contre ses oppresseurs, et ses alliés romains ne l’aideront pas beaucoup. Il ne compte que sur sa propre force, et Dieu lui vient en aide.
Les guerres des Maccabées sont un modèle de guerre sainte. Mais elles montrent aussi que la guerre sainte ne résout pas tout. Entraînés dans les problèmes militaires, puis dans les manèges de la politique, les descendants des Maccabées deviendront vite des gouvernants sans foi ni moralité.

« Reculer